dimanche 4 septembre 2011

Côtes d'Armor

Dimanche 2 septembre 2011, après plusieurs semaines sans internet.
Ils sont fous, ces Bretons ! Ils n'ont pas le synchrotron, pas l'hôpital Bichat, pas non plus le plateau de Saclay, et pourtant, ils ont fait une découverte qui a échappé à tous les scientifiques du reste de la France.
Cette découverte inédite, la voici : tout être humain, qui mange et boit trois à quatre fois par jour, émet, à peu près à la même fréquence, des déjections. C'est fou, non ??? Comment ont-ils trouvé ça ?
Alors les Bretons en ont conclu qu'il faut pouvoir évacuer tout ça dans des conditions satisfaisantes et dignes, sous peine de générer de profondes angoisses, un vrai désordre social, et des odeurs nauséabondes dans tous les recoins des villes, villages ou paysages qui échappent à la vue des passants.
Forts de cette découverte, ils ont construit et entretiennent jalousement des constructions nommées toilettes publiques, dans lesquelles tout un chacun peut se soulager en y trouvant des conditions d'accueil irréprochables, allant même parfois jusqu'à vous offrir une prise de courant. Ne croyez surtout pas que ces équipements soient réservés aux seules grandes cités. Rendez vous dans un village de 300 âmes, vous y trouverez comme ici des toilettes parfaitement entretenues, propres comme à la maison, et que tout un chacun respecte. Et gratuites, bien évidemment. Vous faites payer vos invités quand ils ont un petit besoin, vous ?

Alors, que les grandes villes en prennent de la graine, et trouvent vite autre chose que le cloaque puant aménagé honteusement sous la rampe d'accès à quelque entrepôt, et qui, avant de faire office de toilettes, est avant tout un temple dédié à la pudibonderie, à la crasse, au non respect de soi, et à l'ignorance des notions les plus élémentaires de physiologie.


C'est donc l'esprit serein que nous nous sommes posés à Landrellec, entre Trégastel et son granit rose et l'Ile Grande et son granit blanc.

La côte à Landrellec
Depuis quelques années, les cairns de galets fleurissent, monuments éphémères qui seront emportés à la première tempête.
Le port de Landrellec 
Reflets sur les rochers
Les rochers roses de Ploumanach. 
Ploumanach sous le soleil


Ploumanach sous un ciel gris


Caseyeur à Roscoff

Une vue des artichauts qu'on n'a pas souvent quand on est citadin !
Mouette rieuse essayant de capturer des insectes en vol.
Et voici maintenant les inévitables couchers de soleil.

Nous avons vu par deux fois le fameux rayon vert, au moment où le dernier quartier de soleil disparaît. Une autre année, j'essayerai de le photographier, mais ça ne doit pas être évident tant ce phénomène est rapide.

1 commentaire:

  1. Superbes photos, merci pour le partage.
    Je suis tombé par hasard ici, et je repars les yeux plein de bonnes choses !

    Pueblo

    RépondreSupprimer