vendredi 12 septembre 2014

Circuit des lacs de l'Embarrat

24 Juillet 2014

Ce fut la plus grande balade de notre séjour, 1000 mètres de dénivelée, ce qui n'est pas énorme, mais 30 km de marche. Vu la longueur de la sortie, l'appareil photo a été délaissé au profit d'une gourde supplémentaire. J'ai donc fait les photos avec un téléphone portable (chut).
Le départ se situe au parking du Pont d'Espagne. On commence en remontant gentiment la vallée du Marcadau, puis arrivés au bout du plateau de Cayan, on prend sur la droite un chemin assez raide, mais agréable et très bien tracé en sous-bois. L'effort passe facilement dans ces conditions.

Nous faisons toute la montée en compagnie d'un groupe de hollandais plus très jeunes (comme nous) et très sympa (comme nous ?). Leur guide est une jeune hollandaise particulièrement attentionnée. Faisant sans cesse la navette entre la tête et la fin de son groupe, elle s'assure en permanence que tout va bien, que personne ne fatigue anormalement, que chacun s'alimente régulièrement, se met en protection dans les passages escarpés... remaquable !

Au sortir de la forêt, la vue se dégage et les rhododendrons sont toujours en fleur.
Nous venons de passer le premier lac de l'Embarrat.
Une fois au lac du Pourtet, l'ambiance devient plus minérale.
Derrière nous, les lacs de l'Embarrat sont devenus petits.
 Peu après le lac du Pourtet, nous attaquons la descente en direction du refuge Wallon. Sur notre chemin, nous allons trouver le lac Nère ci-dessous.


Le lac Nère.
A l'approche du refuge Wallon, on rencontre d'abord la chapelle.
Une fois au refuge Wallon (voir le post précédent "Vallée du Marcadau") nous commençons à en avoir plein les pattes. Nos genoux pleins d'arthrose n'aiment pas les descentes. Nous nous consolons en nous disant que les dix kilomètres qui restent à faire pour rejoindre le parking se font sur un bon chemin peu pentu.
J'avoue qu'à la fin, nous marchons comme des automates, mais paradoxalement, c'est une sensation agréable. On oublie la fatigue et la douleur dans une sorte de somnolence, et on a un peu l'impression de pouvoir continuer indéfiniment...
En tout cas, une très belle balade !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire